L’imagination au pouvoir

Abstract : que pensez-vous de la gestion de la crise grecque par l’UE ? (Causeur, Juillet 2011)
                                                              ***
Le Portugal serait sur le point de demander son rattachement au Brésil. Enfin une bonne nouvelle. Non seulement ce plan aurait le mérite de la simplicité (plus besoin de respecter l’avis assommant des 27), mais il passerait très bien auprès de la population locale, et, notamment, auprès des amoureux de la bossa nova (que je sais nombreux à Lisbonne).

Étant donné la gestion qui est faite de la crise grecque, je précise que cette décision n’aurait rien d’irréaliste. Cette colonisation à l’envers sera toujours moins farfelue que les plans de sauvetage de la Grèce suivant les principes de l’orthodoxie libérale. On peut toujours étendre le principe du rattachement au Brésil à l’Espagne, et, de proche en proche, à l’ensemble des pays européens surendettés, cette solution sera toujours plus rationnelle que les propositions de Monsieur Trichet.

Avantage non négligeable de cette annexion, l’ensemble du bloc européen serait contrait de revisiter l’histoire de ses affinités culturelles. L’Europe reprendrait vie à partir de ses langues, les économistes cesseraient d’appliquer la même règle pour tous et les élus seraient forcés de refaire de la politique. Comment pourrions-nous décemment taxer ce projet d’irréaliste ? N’oublions pas que les libéraux d’aujourd’hui sont les gauchistes d’hier. L’imagination au pouvoir, ça doit bien leur rappeler quelque chose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s